Syndicat Indépendant de l'Automobile

Syndicat Indépendant de l'Automobile

Les questions DP de mars 2019

Les questions SIA  Les réponses

Politique de déplacement : Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse

 

Nous avons par le passé, remonté, déjà, à de nombreuses reprises (nous vous épargnerons le référencement de toutes nos précédentes questions), l’irréalisme des barèmes d’indemnisations « Groupe », dans le cas de déplacements.Certains hiérarchiques imposent à leurs collaborateurs, manifestement, des règles encore plus restrictives :Exemple symptomatique, récemment constaté : Un collaborateur cadre (ayant normalement la possibilité de voyager en 1ère classe), a eu droit à un rappel à l’ordre de sa ligne hiérarchique, pour avoir pris un billet de 1ère, 4 € plus cher que le billet de 2nde !

A noter que le déplacement en question, a engendré au collaborateur, un levé à 4h30, pour un retour à son domicile à 22h…En plus de certaines règles déjà établies, de tels comportements managériaux, ont un effet contreproductif, et ne font qu’aboutir au fait, que de plus en plus de collaborateurs refusent les déplacements. Par ailleurs, le groupe n’est plus en crise…

=> Peut-on rappeler à tous les managers, même de plus haut rang, qu’ils se doivent de respecter les règles établies ?

=> Une nouvelle fois, peut-on faire remonter en central, l’urgence d’une révision des règles et barèmes de déplacements, svp ?

Les règles s’appliquent à tous.Votre remarque a été transmise à l’équipe en charge des déplacemennts professionnels

Déplacements : Jours de récupération côté OV => Info ou intox ?

 

Une information persistante circule depuis quelques temps :Lors de déplacements, à titre de compensation, les salariés OV bénéficieraient d’une règle leur donnant droit à des jours de repos compensatoires.

=> S’agit-il d’une information réelle, ou d’une fausse information ?

=> Dans le cas où il s’agirait d’une réelle information, pourriez-vous nous donner la teneur de cette règle, svp ?

Aucune règle OV ne dit qu’il y a des jours de récupération en cas de voyage d’affaires.En cas de déplacement, il est possible que le nombre d'heures de voyage dépasse le temps de travail normal.Dans ce cas, les heures dépassant le temps de travail sont : - pour les salariés OV disposant d’un compteur "gliding time", créditées ce compteur. Dans ce cas, l'employé peut utiliser ces heures pour réduire le temps de travail à une autre occasion (ce compte peut osciller de +/- 60 heures)- pour les salariés OV ne disposant pas de ce compteur, déclarées en heures supplémentaires.

Travail le WE

 

Il est constaté de plus en plus souvent, sur le CTV, qu’il est « proposé » à un nombre de collaborateurs, en très forte augmentation, de travailler les week-end. Seuls problèmes, ces « propositions » sont parfois, très préssentes et insistantes…

=> Pouvez-vous confirmer que le salarié reste seul libre arbitre sur l’acceptation, ou non, de ces heures supplémentaires de travail ?

=> Plus largement, cette situation ne traduit-elle pas une réduction d’effectifs trop drastique, svp ?

Les managers peuvent être amenenés à envisager des dispositifs organisationnels particuliers pour répondre à certains impératifs opérationnels, en respectant les règles en vigueur. Les sollicitations dont il est question rentrent dans le cadre du volontariat.

100 % d’atteinte des objectifs, inatteignables

 

Dans certaines entités, il est constaté qu’un objectif parfaitement réalisé est borné à 80%, et donc, que la note de 100% est inatteignable.Il apparaîtrait même, que cette « règle » est rappelée aux managers, avant les UEC précédant les entretiens annuels. De plus, les managers ne la respectant pas, se feraient rappeler à l’ordre.Il est compréhensible que les collaborateurs soient raisonnablement « chalengés », mais, ils doivent impérativement être notés à leur juste valeur.

=> Un rappel peut-il être fait à l’ensemble des acteurs appliquant cette « règle » informelle, injuste, et injustifiée, qui n’a pas lieu d’être, svp ?

Les situations décrites ne seraient effectivement pas conformes. Les messages officiellement relayés dans le cadre de la campagne en cours de fixation des objectifs 2019 portent notamment sur la justesse des seuils et cibles retenus.

Revalorisation de certains TAM « Groupe »

 

Lorsqu’il y a un pic de charge, dans certaines entités, on constate ces dernières années, que le travail des TAM « Groupe », est réalisé, soit par des BEX cadre « France », soit par des BEX cadres « offshore ».

=> Fort de ce constat : Pourquoi les effectifs TAM « Groupe » du CTV, sont-ils challengés comme des cadres, mais ne disposent d’aucune revalorisation en adéquation (statut, coefficient), svp ?

Nos partenaires sont managés aux livrables et ont totale liberté de choix du dimensionnement de leurs équipes, du casting individuel, de leur orgagnisation, dans le respect des objectifs contractuels de qualité, de coûts, et de délais qui leur sont assignés.Nous ne sommes pas en mesure de proposer une réponse juste et objective à cette affirmation.

TAD évènements exceptionnels pour personnes non équipées

 

Dans le cas d’évènements exceptionnels (intempéries, ruptures de canalisations…), il est préconisé d’aménager les jours de télétravail, ou d’avoir recours à des jours de TAD.Les populations dont les activités ne permettent pas les recours à ces dispositifs, sont handicapées (obligation de poser des jours de congés).

=> Pourrait-on aménager les activités de ces populations, en profitant par exemple de ces jours, pour proposer les formations e-learning nécessaires à leur activité, en extranet, afin que ces populations ne soient pas handicapées, svp ?

Les dispositifs groupe actuels ne permettent pas d’embarquer l’ensemble de la population de Vélizy. La Direction de l’établissement travaille sur ce sujet avec HRTD.

Temps de déconnexion sur Skype : Information ayant disparu

 

Il y a quelques temps, lorsqu’un utilisateur était hors connexion, son temps d’indisponibilité était indiqué.Cela présentait des avantages :Par exemple, lors d’une réunion, cela pouvait orienter sur le fait d’avoir à attendre (ou pas) un protagoniste.Cela présentait aussi un inconvénient :Un caractère intrusif pour les collaborateurs.

=> A quoi ce changement est-il dû ?

=> Pourrait-on laisser le choix à chaque collaborateur de faire apparaître, ou pas, cette information, svp ?

La migration des utilisateurs OV sur l’infrastructure Skype PSA a été refusée par le workcouncil allemand; de fait un retour arrière a été effectué sur les fonctions de Skype.

Les raisons :

- Affichage du temps depuis lequel un utilisateur est hors ligne ou absent accord de PSA pour retirer l’info (non visible désormais)

- Possibilité d’historiser les conversations

- Stockage des logs de connexions pendant 30 jours (vs 7 jours sur l’infra OV) Les discussions sont toujours en cours.

Amélioration du process d’alerte des secours

 

Mi-février, une personne a fait un malaise dans le WorkCafé du bâtiment 12, le matin, de bonne heure, et cette situation d’urgence a fait apparaître plusieurs difficultés :

- Il n’y avait aucun DECT disponible (expliquer entre autre, par la fin programmée de cette technologie), et vu l’heure matinale, les PC à proximité n’étaient pas encore ouverts, donc pas de Skype.

- Les personnes présentes ont donc appelé le 18 depuis leur portable personnel, ce qui doit être normalement fait d’un poste interne, et ce, afin de basculer sur les services de secours internes du CTV. Cette consigne est dans le but de garantir une prise en charge plus rapide.

=> Pourrait-ont faire installer des téléphones « rouges » d’urgence (ligne directe), ou tout simplement, mettre en place un affichage, indiquant le numéro de contact du service de secours du CTV, fonctionnel depuis un portable personnel ?

=> Par ailleurs, pourrait-on faire installer de plus nombreux défibrillateurs, sur les différentes zones du site, svp ?

Il n'est pas prévu de mettre des téléphones rouge d'urgence dans les zones de travail tertiaire. Les consignes pour alerter les secours restent inchangées sur le CTV : faire le 18 sur un poste fixe (ou sur une pieuvre/téléphone fixe présent dans une salle de réunion ou un box) ou le 01 57 59 32 22 depuis un portable ou skype)

Une affiche rappelle ces numéros d'urgences : http://docinfogroupe.inetpsa.com/ead/doc/ref.01421_16_00545/v.vc/pjCette affiche doit être affichée sur le panneau sécurité installé à chaque entrée de zone de travail. Pour les zones tertiaire en implantation dynamique voici le support qui avait été défini : http://docinfogroupe.inetpsa.com/ead/doc/ref.01163_16_00078/v.vc/fiche.

Il n'est pas prévu de démultiplier le nombre de défibrillateurs sur le site.

Sécurité des piétons traversant devant la réception

 

A plusieurs reprises, des collaborateurs se trouvant sur le passage piéton, localisé devant l’entrée de la réception, ont été confrontés à certains livreurs en camionnettes, ne respectent pas les règles de priorité.

=> Peut-on faire le nécessaire pour rappeler les règles du code de la route à ce type de contrevenant ?

=> Peut-on ouvrir, à la demande, la barrière rabattable, afin de garantir la sécurité des piétons, svp ?

Un point de vigilance sera apporté sur ce sujet. L'agent de sécurité présent en guérite réception a en charge de veiller au bon respect de ces règles et de faire les rappels en conséquence si nécessaire.

Place de stationnement CTV660 : Situation accidentogène

 

Sur la place CTV660 (cf. plan ci-dessous), une camionnette est régulièrement stationnée. Cette place étant accolée à un passage piéton, lorsqu’un piéton désire traverser, et qu’au même moment, un véhicule arrive, vu la configuration, aucun des deux protagonistes ne voit l’autre.

=> Peut-on faire le nécessaire pour supprimer cette situation potentiellement dangereuse (pose d’un miroir, aménagement de la place de stationnement…), svp ?

Nous prenons bien en compte votre remarque, et regardons quelle solution apporter à cette situation.

Ventes de véhicules aux collaborateurs : Non-respect des CGV concernant les délais de débits clients

 

Selon les CGV PEUGEOT CLICSTORE, le prélèvement du client, doit être réalisé au moment de la livraison du véhicule.Même s’il ne s’agit « que » de quelques jours, il a été constaté que dans certains cas, les débits étaient réalisés avant la date encadrée par les CGV. Vu les sommes concernées, cela peut avoir des conséquences très « inconfortables » pour les clients collaborateurs.Par ailleurs, maintenant, à peine les véhicules arrivés sur site, ils sont immatriculés, alors qu’auparavant, les immatriculations étaient déclenchées à la prise de RDV.

=> Peut-on faire en sorte que les conditions contractuelles, encadrées par les CGV, soient au minimum, respectées, svp ?

Les clients sont informés par mail que le débit aura lieu au plus tôt dans les 5 jours (et en moyenne 8 jours) suivant la date d’immatriculation, cela doit permettre aux clients de prendre livraison du véhicule avant la date de prélèvement. (en cas de contre temps il est possible de d’informer VCG, par mail, afin de décaler le prélèvement de façon exceptionnelle). Cette procédure d’exception que VCT sais mettre en oeuvre, ne peut être effective que si VCG est informée par le Collaborateur. Si cette disposition n’est pas prise au préalable, il n'est pas possible à VCG d’intervenir.

Ventes de véhicules aux collaborateurs : Disparition de l’information « VIN »

 

Il n’est plus possible de connaître le numéro de « VIN » des voitures proposées.Cette information permettrait aux collaborateurs, en toute autonomie, de connaiître les caractéristiques détaillées des véhicules présentés ;

=> Pourrait-on faire le nécessaire, pour comme dans le passé, faire apparaître cette information, svp ?

VCG utilise des sites internet communs pour les clients collaborateurs et particuliers, il n’y a pas lieu de faire figurer des informations de ce type. Le numéro de VIN d’un véhicule n’a aucun impact sur l’orientation et l’acte d’achat d’un véhicule. Ceci dit, la plateforme conseil VCG restent à la disposition des Clients Collaborateurs pour toutes questions en rapport avec les caractéristiques des véhicules visibles sur nos sites

Grignotage des avantages salariés

 

Par l’intermédiaire de nombreuses questions DP précédentes, le SIA s’est fait le porte voie des salariés du groupe, et plus particulièrement, ceux du CTV, qui ont constaté ces dernières années :

- La disparition de l’abondement sur l’épargne salariale (remplacé par des plans ponctuels, sporadiques, beaucoup moins avantageux).

- L’obligation de payer, maintenant, le service d’immatriculation des cartes grises, lors de l’achat de véhicules au service « Ventes au personnel ».

- L’offre dite « préférentielle », Mister Auto « PSA10 », non cumulable, ni avec un avoir, ni avec les offres tout public (livraison gratuite, pourcentage de réduction, bien souvent plus avantageux…).

- L’annonce de tarifs réduits « collaborateurs » sur le service Free2Move, suite à notre demande, qui est non concrétisée à ce jour.- La détérioration des services de ventes de véhicules au personnel

- …

=> Au vu des excellents résultats du groupe, sur auxquels les collaborateurs ont fortement contribué (efforts, sacrifices…), pourrait-on, une nouvelle fois, faire remonter les attentes légitimes de « retour d’ascenseur » des salariés du groupe, et plus particulièrement, ceux du CTV, afin que la motivation ne s’érode pas, suivant le modèle des avantages collaborateurs, svp ?

Vos remarques et attentes ont été transmises aux Directions en charge de ces dossiers.

Incivilités persistantes de certains utilisateurs de 2 roues

 

On constate très régulièrement la situation suivante :

Au niveau des parkings « officiels » 2 roues :

Il s’agit clairement d’incivilités mettant en cause la sécurité, alors que les parkings 2 roues sont à une cinquantaine de mètres de marche. Ces faits sont constatés depuis (trop) longtemps et ne vont pas en s’améliorant. Rappelons que les 2 roues ne sont pas intégrés au système de contrôles par badges.

=> Quelles actions comptez-vous mettre en oeuvre pour éradiquer ces comportements, svp ?

Des contrôles ont déjà été effectués et ont fait l'objet de rappels par affichage sur les engins mal stationnés.

De nouveaux contrôles seront effectués prochainement.

Devenir « concret » des séances de questions DP

 

Avec l’arrivé du CSE (Comité Social et Economique), les instances CE, DP, CHSCT vont fusionner.Les salariés étant très attachés aux séances de questions DP, et surtout aux réponses et diffusions en découlant (communication la plus lue du CTV), ils se posent de nombreuses questions sur le devenir de ce rituel mensuel.

=> Pouvez-vous indiquer, le devenir concret, de ces séances de questionnements et d’échanges OS-Collaborateurs / Direction, svp ?

Les questions des membres du CSE seront traitées lors des réunions mensuelles du CSE.

 



27/03/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 293 autres membres